Quatre personnes, un Workshop, une histoire

Le Case-Study d’un conte pour enfant.

La présentation,

Exemple de mots-clés répétés au cours des chapitres.

le briefing,

les listes,

Evolution de la liste définitive

Durant la création de ces listes, malgré la dispersion, nous avons réussis à les créer pendant la première journée de ce workshop. Nous avons peaufiné la liste “définitive” durant la seconde journée en changeant certains mots par des synonymes ou en intervertissant leur positions.

Une fois qu’elle nous paraissait correcte, nous avons scrupuleusement remplis notre feuille d’évaluation et nous avons profité de la dernière journée de la semaine pour réfléchir un peu en avance sur les futures illustrations.

les illustrations,

Les gabarits pour la couverture et le dos de couverture.
Les gabarits pour les illustrations des chapitres.

Cette semaine laborieuse n’a pas toujours été de tout repos. Les principes de composition ne nous paraissaient pas toujours clairs et parvenir à les distribuer aux membres du groupe en fonction de leur facilité ou des affinités de chacun n’était pas tâche facile. Pour ma part, je ne voyais pas comment insérer une contre-forme parmi mes dessins, néanmoins, chaque personne de notre groupe a fait des concessions et nous sommes parvenus à une distribution correcte et à peu près équilibrée.

Les deux derniers jours nous paraissait donc plus légers, le travail à réaliser ne tenait plus qu’à nos crayons. Une fois cela fait, nous nous sommes chargés de remplir méticuleusement notre feuille d’évaluation avec les principes de composition que chacun utilisait.

Les différents principes de composition.

la numérisation,

Exemples d’illustration.

Forts de nos nouvelles connaissances, notre groupe a décidé de créer une charte colorimétrique avant même de commencer à travailler. Chacun a réfléchis et communiqué les couleurs qu’il souhaitait utiliser et nous les avons mis en commun. Une personne s’est chargée d’uniformiser et communiquer la charte colorimétrique. Ce travail n’a pas été très fastidieux au vu des décors et des personnages redondant dans notre conte. Il fallait tout de même bien réfléchir, chaque membre devait colorier ses images en incorporant au moins une fois chaque nuancier que notre professeur nous avait présenté.

la finalisation,

le problème,

C’est là où, je le sus plus tard, j’ai fait la plus grande erreur possible. Fruit de ma négligence et de mon arrogance, j’ai oublié le fait que dans le scanner, mes images n’étaient pas strictement verticales. A l’oeil nu, elles en ont l’air, mais dans la réalité, elles sont assez décalées pour être hors de l’axe de la grille. Les professeurs l’ont remarqué. Je l’ai remarqué aussi, mais au moment où la réalisation s’est faite, le travail a déjà été rendu.

Pour remédier à cela, j’ai pris une grille fourni par InVision etl’ai exportée pour pouvoir recadrer mes images.

Compte Instagram des DWM.

Bien que nous étions à l’avance, notre projet a pris du retard. Un membre du groupe a dû envoyer son ordinateur en réparation et n’a pas pu sauver ses images sur un disque dur externe. Cette personne a directement contacté nos professeurs et exposé son problème, ceux-ci nous ont accordé leur clémence et nous avons donc remis notre travail avec un peu de retard.

la conclusion.

Le groupe en pleine discussion de travail.

Néanmoins, certains apprentissages étaient laborieux car ils étaient trop abstrait, comme les principes de compositions. Certains d’entre eux auraient pu être abrégés et d’autre auraient du être vu plus en profondeur. Finalement, les gabarits, bien que nécessaire, étaient pour beaucoup très restrictif et cela enlevait du plaisir à travailler.

Quoi qu’il advienne, venez admirer les travaux des DWM sur le compte Instagram @storyshopDWM !

Un simple étudiant en Web Design.

Un simple étudiant en Web Design.